Photo du jour

17/365


“C’est parce que je crois à l’évolution perpétuelle de l’humanité et à ses formes incessantes,
que je hais tous les cadres où on veut la fourrer de vive force, toutes les formalités dont on la définit, tous les plans que l’on rêve pour elle.”

Gustave Flaubert, 1857

cadre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.