Laurent F.

Laurent F.

Paléo qu’est-ce que c’est pour vous?
Paléo c’est la boue, la poussière, les découvertes, les grandes légendes, la fatigue, les rencontres, les fêtes, les petits matins et les yeux collés depuis 16 ans, déjà.

Avoir 40 ans, qu’est-ce que ça signifie?
Pour moi, c’est dans 3 ans. J’avoue que ça me fait assez peur, j’ai l’impression que ça va être une étape. L’étape la plus significative de ma vie. J’ai des rêves que j’aimerais réaliser avant. J’ai l’impression que si je les réalise après coup, ce sera trop tard. Mais peut-être que je changerai d’avis à cet âge-là et que j’aurai plus de sagesse pour voir que j’ai encore beaucoup de temps devant moi.

Votre lieu favori sur le festival?
Mon lieu favori est un peu cliché, mais j’aime bien le Village du Monde. Ça dépend des années, je m’y sens moins bien si c’est Cuba ou Brésil, par rapport à la majorité des gens qui aiment visiblement ça. J’aime bien parce que l’on sort complètement de tout ce qu’il y a ailleurs, même s’il y a beaucoup de monde. Comme une sorte de respiration. Les organisateurs réussissent à trouver des découvertes musicales qui m’intéressent dans tous les styles. Dans ces groupes, il y a pas mal de naïveté et ça fait du bien par rapport au reste. Sur les autres scènes tout est très calibré.