Anne

Anne

Et pour moi, Paléo qu’est-ce que c’est au juste?
Je pense que j’ai une dizaine de Paléo derrière moi. Cinq ou six en tant que festivalière. Ne me demandez pas la date du premier, je ne m’en souviens pas. Et cinq comme photographe. Mon plus beau souvenir en tant que festivalière, c’est Björk sur la Grande Scène en 2007. La première fois que je suis au milieu de la foule et que je profite de la musique. Parce qu’en fait, je n’aime pas la foule.
Un autre souvenir marquant, c’est la première fois où je me suis retrouvée dans la fosse en tant que photographe. Toujours à cette Grande Scène… Je ne me souviens pas de l’artiste que le public attendait. Ce moment où tu te retournes face aux gens qui attendent et que tu as cette marrée humaine de toutes les couleurs, la tente illuminée en rose à droite, ça donne des frissons.

Et 40 ans? C’est un peu de tout ce que vous m’avez confié pendant ces minis entretiens. J’avais d’abord peur de ce passage. Je me souviens bien qu’à 20 ans, 40 ans paraissaient vieux. A 30-35 ans, j’ai fait une grosse crise existentielle… mon entourage s’en souvient certainement, mais aujourd’hui, à 40 ans, je suis sereine. Je sais ce que je veux et ce que je ne veux plus. J’ai vécu déjà plein de choses extraordinaires, tant au niveau privé que professionnel et mes enfants sont ma plus grande fierté.

J’avoue que jamais, il y a 5 ans, je n’aurais osé espérer recevoir une accréditation photographe pour faire des images au Paléo. Si cela devait s’arrêter cette année… peu importe, j’ai pu vivre cette aventure et c’est le pied!

Mon endroit favori c’est derrière mon appareil photo pour capter tous ces moments de musique, de fête et de lumières.
Et non Luthor, 40 ans ce n’est pas la fin du courage. Pas pour moi. C’est le début de la suite!

Merci à tous ceux qui m’ont aidée, soutenue, et aussi supportée lors de ce projet! (Le “supportée” c’est surtout pour mon mari, Walle et Alexandre Pirollo durant le festival).
Merci à mes correcteurs et lecteurs: Karo, Walle, Alexandre C., et toujours mon mari.
C’est un peu comme la fin d’un roman. Il faudrait faire la liste exhaustive de tout le monde à qui on aimerait dire merci… mais je suis sûr d’en oublier.

J’espère que mes intervenants ont bien reçu leur photo et qu’ils ont eu un sourire à lire et revivre ce petit moment de leur Paléo 2015.

A bientôt!

Anne